Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Publié le par Inès
Publié dans : #Inèstardust

Au cas où certains en doutaient, nous allons essayer de définir pourquoi les Beatles c’est cool.

Et pour ça, nous allons écouter Abbey Road ! C’est le onzième album des Beatles, sorti en 1969. Un album dont la pochette est devenue sûrement plus culte que les morceaux, mais ce n’est pas grave. Pour rappel, les Beatles se sont formés en 1960 et séparés officiellement en 1970 (quelques mois après la sortie de l’album dont il est question ici). Ils ont sorti, pendant ces dix années magiques, douze albums. Chez ces quatre garçons, il n’y a pas vraiment de leader, tout est partagé et cela se ressent. Dans chaque titre, on sent une cohésion et la présence forte de chacun des membres.

En ce qui concerne exclusivement Abbey Road, c’est un album différent d’une image stéréotypée que l’on pourrait se faire du groupe. On y trouve de nombreuses influences hippies, folks et psyché ; donc beaucoup de choses géniales. Dans l’ensemble, on trouve des morceaux très paroliers, où les voix fournissent l’essentiel de la beauté, contrastant avec d’autres morceaux plus instrumentaux. Les paroles sont composées par John Lennon et Paul McCartney, leurs interprétations sont attribuées alternativement à John, Paul ou George Harrison.

L’album commence par le classique Come together et son rythme frénétique puis mélodieux ; une formidable introduction de 4 minutes, comme un lever de soleil. Ce morceau nous emporte grâce au son du piano électrique et des discrètes maracas de Ringo. Par la suite, l’œuvre est marquée par un esprit romantique, notamment dans Something, chantée par George Harrison. C’est une poésie courte et apaisante. Le même thème est exprimé avec plus de puissance par la voix de Paul Mc Cartney dans Oh ! Darling.

Puis il y a toutes ces perles psychédéliques et leurs longues mesures de guitares absolument jubilatoires. On peut retenir particulièrement Because, morceau exclusivement choral au son riche en effets subtiles.

Le point culminant de l’album, ce qu’il propose de plus intéressant, commence au 9ème morceau : You never give me your money. Tout d’abord c’est un morceau génial qui lie un thème existentiel à des mélodies variées comme si plusieurs morceaux s’entremêlaient. Le premier temps est lent et acoustique, puis l’intensité des guitares augmente avec la tonalité de la voix de Paul remplacé par celle de George, plus grave. Et surtout, ce morceau est le premier d’un medley de 16 minutes comprenant 8 morceaux  aux mélodies extrêmement agréables. La suite est prise par Sun King, morceau rendu original par sa mélodie très plate et ses paroles en espagnol. Dans cet enchaînement, on trouve aussi le magnifique Carry that weight, encore une petite chorale partagée par les voix des quatre membres. L’album se conclut par Her Majesty, qui arrive là comme un bonus. Une chanson très simple, comme un gospel blues des années 20. C’est doux et atypique.

Finalement, l’album est une belle représentation de ce dont était capable ce groupe mythique. C’est une liaison parfaite entre romantisme et psychédélisme. La performance partagée entre John, Paul, Ringo et George est majestueuse. Chaque voix, chaque instrument et chaque personnalité semble primordiale. Donc les Beatles, c’est cool, c’est fort en émotion et en innovation. Et pour un groupe au bord de la rupture, c’est même un peu joyeux.

 

The Beatles - Abbey Road (1969)

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog